Image de fond en vedette

Héros et aides

 

 

Face à la pandémie de COVID-19, nous sommes inspirés par les anciens élèves de TEAK qui travaillent sans relâche sur les lignes de front pour assurer la sécurité et la résilience de nos communautés. Chaque jour, ils se présentent pour traiter les patients, organiser des communautés, enseigner aux étudiants à distance, etc. Aujourd'hui, nous braquons les projecteurs sur nos anciens élèves qui dispensent des soins de santé dans nos circonstances difficiles actuelles. 

 

«La réalité est aussi horrible que vous lisez dans les médias et que vous en entendez parler dans les nouvelles. Nous ajustons continuellement la capacité en lits de notre hôpital à mesure que le nombre augmente en libérant rapidement les patients et en réorientant d'autres domaines vers les soins cliniques. La rareté des EPI est bien réelle et nous modifions constamment nos directives internes pour nous adapter. Des professionnels de la santé de toutes sortes d'autres spécialités sont redirigés pour aider à la prise en charge des patients COVID-19, ce qui signifie que les patients atteints d'autres maladies souffrent également d'un manque de soins optimaux… Malgré cela, il est encourageant de pouvoir de travailler aux côtés de professionnels de la santé et de personnel auxiliaire aussi courageux et motivés. » -Tarif Chowdhury, classe 3, Anesthésiste

 

Nous saluons Tarif et nos anciens élèves en première ligne dans tout le pays. Merci à nos héros de la santé! 

 

 

Rencontrez certains de nos autres héros de la santé TEAK Alumni

 
 

Tarif Chowdhury, classe 3, Anesthésiste

 

Pour ce qui est de mon expérience, je suis mécontent de dire que la situation dans le nord de Jersey est tout aussi grave qu'à New York. La réalité est aussi horrible que vous lisez dans les médias et que vous en entendez parler dans les nouvelles. Nous ajustons continuellement la capacité en lits de notre hôpital à mesure que le nombre augmente en libérant rapidement les patients et en réorientant d'autres domaines vers les soins cliniques. La rareté des EPI est bien réelle et nous modifions constamment nos directives internes pour nous adapter. Des professionnels de la santé de toutes sortes d'autres spécialités sont redirigés pour aider à soigner les patients COVID-19, ce qui signifie que les patients atteints d'autres maladies souffrent également d'un manque de soins optimaux. L'évolution de la maladie (si vous êtes malheureusement dans le petit pourcentage de personnes gravement malades) est impressionnante. Jusqu'à présent, mes collègues d'anesthésie et moi nous sommes principalement concentrés sur la gestion des voies respiratoires / des ventilateurs des patients COVID-19 (en plus de notre rôle actuel d'anesthésie pour les cas chirurgicaux émergents). À partir de la semaine prochaine, nous commencerons également à gérer les unités de soins intensifs. Personnellement, j'ai aussi peur que tout le monde dans le monde, mais j'essaie de rester positif et de me concentrer sur mes rôles spécifiques. Étant donné la facilité avec laquelle le virus se propage, j'ai un niveau d'anxiété constant pendant que je suis à l'hôpital, même lorsque je ne suis pas directement impliqué dans les soins aux patients. Quelques-uns de mes collègues (ici et à l'Université Columbia où j'ai été formé) ont malheureusement été infectés; certains d'entre eux sont actuellement à l'USI. Malgré cela, il est encourageant de pouvoir travailler avec des professionnels de la santé et du personnel auxiliaire aussi courageux et motivés. 

 

J'espère que les membres de la communauté, qu'ils aient été directement touchés ou non, continuent de pratiquer toutes les mesures de sécurité même après le pic de la crise. Même s'il peut être difficile d'en voir les effets immédiats, nous devons continuer à faire confiance aux experts afin d'atténuer la propagation. Tout le monde peut jouer un rôle en nous aidant à surmonter cela ensemble.
 

 

Tammy Leung, classe 8, BSN, RNC-MNN, infirmière post-partum

 

Le COVID-19 m'a, directement et indirectement, affecté de plusieurs manières. Je suis une infirmière post-partum - une infirmière qui s'occupe des nouvelles mères et de leurs nouveau-nés. Je me suis toujours trouvé extrêmement chanceux d'être dans l'unité la plus heureuse de l'hôpital, le seul endroit où les patients sourient à leur admission et à leur sortie. En raison du COVID-19, mes patients n'étaient pas autorisés à avoir leur personne de soutien, c'est-à-dire: un partenaire, un membre de la famille, pour être avec eux pendant cette période extrêmement vulnérable. Les membres de la famille qui avaient prévu d'être ici pour eux ont été forcés d'annuler leurs projets de voyage des mois précédents, laissant mes patients faibles et hormonaux pour s'occuper d'un enfant nouveau-né entièrement seuls. En tant que personne vers qui ils recherchent la tranquillité d'esprit, je ne pourrais pas leur offrir de réconfort, car il y a tellement d'incertitude avec ce nouveau virus. 

 

De plus, nos gestionnaires nous ont demandé d'être déployés dans des unités COVID-19 pour soigner les personnes atteintes du virus, entre autres comorbidités. Étant donné que mon premier emploi était post-partum, prendre soin de femmes en bonne santé et de bébés en bonne santé, ce fut un choc pour moi et mes collègues de n'avoir que deux changements d'orientation, puis d'être déployé et de soigner des adultes et des maladies auxquelles nous n'avons jamais été exposés. , l'apprentissage de nouvelles compétences et d'équipements de haut niveau sous une immense pression. Non seulement nous subissons une quantité incommensurable de stress et d'impuissance au travail, mais aussi ceux qui vivent avec leurs enfants ou leurs parents âgés sont obligés de se séparer de leurs proches ou risquent de leur transmettre COVID-19 comme nous, en tant que prestataires de soins de santé, pouvons être porteurs asymptomatiques. 

 

Mon plus grand conseil à tous est de rester à la maison autant que vous le pouvez. Faites un don de sang si vous le pouvez car il y a une pénurie de sang universelle en raison de l'annulation des collectes de sang. Restez à la maison et n'allez pas à l'épicerie tous les jours. Chaque interaction que vous avez en dehors de votre propre espace est un autre patient dont nous ne pourrons peut-être pas nous occuper. Aussi, pensez à votre entourage et n'achetez pas ce dont vous n'avez pas besoin - réservez le Plaquenil, les thermomètres, le désinfectant pour les mains et les produits de nettoyage pour ceux qui en ont vraiment besoin. Soyez intelligent sur ce qui est considéré comme une nécessité à un moment comme celui-ci. Les gens meurent seuls ou regardent leurs proches mourir sans pouvoir être à leurs côtés. Gardez cela à l'esprit la prochaine fois que vous voudrez sortir de chez vous. Nous ne pouvons surmonter cela que si nous travaillons en équipe. 
 

 

Rashidah Green, classe 1, pédiatre

 

Je travaille dans une clinique du Bronx et en tant que directeur médical de mon site, il est important que je garde mon personnel et nos patients en bonne santé et en sécurité. De toute évidence, nous sommes tous humains et définitivement bouleversés par tout cela. En tant que travailleur de la santé, il existe un risque énorme d'être exposé à cette maladie mortelle et de la transmettre à ses proches et à ses collègues. C'est très épuisant d'essayer de suivre toutes les nouvelles et informations qui vous sont lancées. Chaque jour, nous entendons parler de collègues médecins, de patients, de membres du personnel et de famille décédés. Il est difficile de remonter le moral ici parce que nous ne pouvons pas voir la fin de tout cela et que l'avenir semble sombre. Je suis également constamment inquiet pour mes collègues qui travaillent en première ligne. Ce qui a été rassurant, c'est toujours de pouvoir aider mes patients et soulager leurs peurs, même si c'est par téléphone ou par vidéo.

 

Rien ne dure éternellement et je suis sûr que cette crise sera bientôt terminée. Ayez foi. Il se passe beaucoup de choses - les écoles sont fermées, des messages contradictoires sont partagés avec le public, les gens meurent. Mais en fin de compte, si vous prenez toutes les précautions nécessaires, vous serez en sécurité. Restez à la maison, sauf pour les choses qui sont absolument nécessaires. N'ayez pas de visiteurs. Si vous devez quitter la maison, changez vos vêtements et prenez une douche à votre retour. Nettoyez toutes les surfaces que vous et votre famille toucherez beaucoup après utilisation (c.-à-d. Sièges de toilette, poignées de porte, comptoirs de cuisine). Portez un masque ou une sorte de masque facial en tout temps si vous le pouvez. Évitez de toucher votre visage et surtout, veuillez vous laver les mains!

 

À la fin de la journée, nous sommes très chanceux d'avoir la bourse TEAK qui nous offre un soutien à travers cela. Nous sommes une communauté forte, mais il devrait y avoir des moments comme ceux-ci pour nous rassembler et nous rendre encore plus forts! Les gens, même dans notre propre communauté TEAK, pourraient perdre leur emploi, des membres de leur famille, tout leur mode de vie. Lorsque cela sera terminé, nous ne pouvons pas être assurés que les choses redeviendront normales, mais nous pouvons faire de notre mieux pour reconstruire pour y retourner. Assurons-nous donc que nos étudiants, nos anciens et nos familles TEAK obtiennent les meilleurs résultats après cela en continuant à se soutenir les uns les autres de toutes les manières possibles. Veuillez rester en bonne santé et rester en sécurité!

 

 

Dyese Taylor, classe 1, médecin en médecine maternelle et fœtale

 

J'ai de nombreux patients atteints de COVID-19 à différents stades de gravité. C'est une période très chargée et il y a encore beaucoup de lacunes dans la gestion de ce virus. 

 

Mon conseil principal est de rester à la maison et de rester éloigné socialement. Cela a vraiment pour effet de ne pas submerger nos hôpitaux. 
 

 

Dewahar Senthoor, classe 6, résident en chirurgie

 

En ce qui concerne COVID-19, en tant que résident en chirurgie à Oakland, les choses ne sont pas aussi mouvementées que dans d'autres villes. Nous attendons toujours que la vague frappe ici. Mes seules expositions potentielles à COVID-19 en ce moment sont dans le cadre de la prise en charge des traumatismes entrants et des consultations chirurgicales aux urgences. Cela va probablement changer dans les semaines à venir avec la montée subite. Dans les endroits où les choses sont bien pires, des résidents en chirurgie sont recrutés pour aider à soigner les patients COVID-19. Je retournerai à Providence dans quelques mois, où je sais que les résidents en chirurgie prennent déjà en charge des patients COVID-19 nécessitant des soins en USI.

 

En ce qui concerne les conseils, j'exhorte les gens à continuer à suivre les politiques de distanciation sociale et de bonne hygiène des mains (se laver les mains, limiter le toucher du visage, etc.). Nous sommes toujours en train d'apprendre activement à propos de ce virus… il affecte différentes personnes différemment en fonction de leurs comorbidités, éventuellement de la charge d'exposition virale et éventuellement de sérotypes variables. Ainsi, la chose la plus sûre à faire est d'éviter d'être exposé autant que possible. De plus, soyez attentif aux ressources que vous consommez… chaque ensemble supplémentaire de masques ou de savon ou de désinfectant pour les mains que vous tenez à la maison est un ensemble que quelqu'un d'autre ne peut pas utiliser. Il est difficile de prédire combien de temps durera cette pandémie et il est donc compréhensible que les gens veuillent en avoir plus… mais parlez simplement avec vos communautés via le Web / les téléphones pour partager les ressources au besoin et vous assurer que nous prenons prendre soin les uns des autres. Aussi cliché que cela puisse paraître, nous sommes tous dans le même bateau.  

 

 

Varina Clark, classe 5, étudiante en médecine

 

Être un étudiant loin de chez soi pendant cette crise des soins de santé a été un défi - je m'inquiète pour la santé et la sécurité de mes proches à New York, alors je m'enregistre tous les jours. En tant qu'étudiant en médecine, de nombreux changements ont été apportés à l'enseignement de la médecine, au travail de laboratoire de recherche et à l'apprentissage des étudiants. Nous n'avons pas le droit d'aller à l'hôpital pour des stages cliniques, les laboratoires de recherche sont fermés et les examens et les conférences ont été reportés en raison de l'éloignement social. Malgré ces limites, cette expérience nous a amenés à être très créatifs avec des réunions en ligne, des hangouts virtuels et la recherche de moyens d'aider nos collègues en première ligne. Cela a été une expérience humiliante pour beaucoup d'entre nous, mais l'expérience COVID19 m'a rappelé à quel point il est important d'être un médecin informé, dévoué et attentionné pour les patients.

 

Mon conseil est de profiter de ce moment extraordinaire. Priorisez votre santé physique et mentale. Restez connecté avec votre famille et vos amis. Réfléchissez à ce dont vous êtes le plus reconnaissant et à la façon dont vous continuerez à grandir au cours de cette saison.

 
 
Êtes-vous un ancien TEAK qui travaille dans les soins de santé? S'il vous plaît envoyer un courriel [email protected] de partager votre histoire.